Aux Editions de l’Aire, 2021

Seul à seul mais œuvrant sur toutes les lèvres
Sacre du poème en son exil d’ici et de maintenant
Abeilles qui peuplez et formez ma ruche fécondante
Qui susurrez le miel des jours aux oboles des fontaines
Je vous agrée comme les muses au-delà de moi-même
Le sang fertile de mes veines agrestes est pour vous
Nul besoin de toucher le soleil pour le savoir luire
Je n’ai qu’à le croiser dans le visible pour écrire
Les vérités qui me maintiennent en son éveil.